Blog

Peindre la couleur de peau : fabriquer votre nuancier perso !

Temps de lecture : 4 minutes

Peindre la couleur des peaux aussi bien claires que foncées s’avèrent complexe pour les aquarellistes. Mais tout à fait possible avec ces exercices!

Dans cet article, je vous remet les explications que je vous ai donné dans la vidéo et son lien, en ajoutant le plus de précisions possible.

Mes couleurs

Les couleurs que j’utilise le plus souvent sont les suivantes :

  • Jaune Winsor (mon jaune primaire), ocre jaune, jaune de Naples (moins transparent donc à utiliser avec parcimonie si l’on veut faire de multiples couches), Terre d’ombre brûlée,
  • Rose permanent (mon rouge primaire),
  • Bleu Winsor tendance rouge (le bleu Winsor tendance vert étant le « vrai primaire, celui là est plus pratique pour la peau je trouve),
  • et un brun sepia (plus « neutre »).

D’autres aquarellistes utilisent aussi l’alizarine cramoisi à la place de mon rouge et un bleu phtalo à la place de mon bleu.

J’ajoute que le cadmium fait son petit effet aussi, je l’utilise quand je veux y aller franco et apporter du peps à ma composition.

L’exercice du nuancier

L’exercice principal que je vous propose est de réaliser un nuancier. Mon nuancier vous permettra de 1. tester les couleurs que vous avez à disposition sans acheter celles que d’autres aquarelliste vous conseille, et 2. de trouver vos couleurs plus vite en action.

Il est très classique pour les deux premières lignes et il se complique un peu après (pas tant que ça quand même hein). Donc je prends le temps de vous l’expliquer ici !

photo du nuancier (déso, elle est un peu floute mais vous avez l’idée)

La ligne du haut est composé des couleurs jaune. Jusque là fastoche.

La seconde ligne est le mélange entre les jaunes du haut et mon rose / rouge, ce qui donne un orange pêche. C’est la base de la peau, ça peut surprendre le orangé mais avec beaucoup d’eau on a très vite une couleur vraisemblante. C’est la proportion entre l’un et l’autre qui est délicate. Un 50/50 n’est pas toujours indiqué. D’ailleurs si j’étais très très pointilleuse, je me serais fait un nuancier des 2 mêmes couleurs avec toutes les proportions (plus de jaune, la moitié de l’un et de l’autre et plus de rose). Je trouve que j’aurai poussé le bouchon un peu loin, mais si toi tu veux y aller Maurice, go !

Allooors maintenant les lignes suivantes.

Chaque ligne est le mélange entre ce orange pêche (donc la seconde ligne) et quelques gouttes des bleus ou de sepia.

Donc la troisième ligne ce n’est pas le mélange entre le jaune et un bleu, c’est bien le mélange entre le résultat du mélange de la seconde ligne et le bleu.

La quatrième ligne c’est bien le mélange entre le résultat du mélange de la seconde ligne et le bleu. ça y est, je suit sûre que c’est plus clair 🙂

Vos couleurs

A vous de réaliser ces exercices avec les couleurs que vous avez à votre disposition 😊 Vous pourriez très bien prendre les couleurs que j’utilise ou celles d’un autre artiste. Mais comprendre, vraiment comprendre le mélange des couleurs sera un petit effort pour un énooooorme plus, je vous assure !

Pour la peau la recette de base est extra simple :

Partez toujours d’un jaune et d’un rouge. C’est l’eau et le blanc du papier qui rendront cette base orange plus « pêche ».

Et nuancez avec quelques goutte de bleu, c’est ce qui rendra le mélange plus « beige ». Plus il y en a plus vous allez vers une peau foncée.

J’ai eu un commentaire sous la vidéo qui m’indiquait que le mélange avec du vert marche très bien. En effet cela équivaut à ajouter du bleu et du jaune donc … Ouiiii! Trouvez les vôtres 😉

Détails importants et astuces

Une peau n’est pas uniforme, observez les nuances et peignez la en au moins deux superpositions de couches.

D’ailleurs, je ne peints que rarement la première couche de manière uniforme. Plus vous laisserez des fusions se faire à l’intérieur de vos différentes couches, plus votre visage aura l’air de « chatoyer ». Vous imiterez ainsi la transparence de la peau, qui laisse entrevoir les veines qu’il y a en dessous. La couleur de la peau étant donc le résultat d’un mélange optique et pas juste un beige en soit.

– les joues sont souvent plus rouge.

– les ombres sont plus bleutées.

Dernier exercice

La « patouille ». Je vous conseille de reprendre vos mélanges préférés et de faire quelques tests de plusieurs typologies de peau sur des ovales représentant un visage grossièrement. Ce dernier exercice vous permettra de vous entrainer sans la pression de la réussite du premier coup.

Rien de tel pour vous trouver sur le chemin de la maîtrise de vos couleurs !

La vidéo

Voici le programme de la vidéo :

  1. Je vous montre ma recette, je patouille devant vous pour vous inciter à fondre différentes couleurs entre elles puis
  2. Je vous propose un nuancier composé de mes couleurs favorites.
  3. Je finit par un commentaire sur quelques exemples.

Ensuite, ce sera à vous de réaliser ces exercices avec les couleurs que vous avez à votre disposition. Je sais, je me répète, huhuhu.

à vous !

Leave a Reply